Communication

Les différents types de communication

Tant dans la pratique que dans la littérature, les spécialistes reconnaissent l’existence de plusieurs types de communication. Certains types coexistent ou s’imbriquent, d’autres sont indépendants ou tributaires. Cette nomenclature amène une certaine confusion quant à leur définition et leur rôle. Voici donc quelques types de communication ainsi que leur définition :

 

Communication interpersonnelle (ou interindividuelle) : Interactions directes et conscientes entre deux ou plusieurs personnes. Le codage et le décodage des messages se font par des symboles issus des cultures d’appartenance et des expériences personnelles.

Communication institutionnelle (ou organisationnelle) : Ce type de communication rassemble les éléments de communication interne et externe d’une organisation. Il permet à l’organisation d’avoir une meilleure communication en général, mais aussi d’accroitre sa notoriété et sa reconnaissance. Il permet aussi de bien véhiculer ses messages et ses valeurs, et d’améliorer son positionnement et son anticipation en matière de crises.

Communication externe : Aspect externe des communications qui promeut l’organisation ou une orientation organisationnelle et qui véhicule des messages, des valeurs ainsi qu’une image. Ce type de communication regroupe plusieurs autres types tels que la communication de masse, événementielle et de crise.

Communication interne : Communication qui s’exécute à l’intérieur d’une organisation. Ce type de communication repose sur l’approche des trois «i» : Intégration (intégrer l’information venant du haut ou du bas), Information (faire circuler l’information) et Identification (s’identifier à l’organisation). Ces trois «I» s’inscrivent dans une stratégie de communication interne basée sur trois principaux types d’informations : informations descendantes (du haut vers le bas, des directeurs vers les employés), informations ascendantes (du bas vers le haut, des employés vers les directeurs) et informations (ou activités) «latérales» (échange d’idées, débats entre employés, activités internes, etc.).

Communication pour le changement comportemental (CCC) : Souvent nommée par l’acronyme «BCC» (Behavior Change Communication) et surtout employée chez les Organisations Internationales à Mission Humanitaire (OIMH) ou chez les Organisation Non-Gouvernementales (ONG), cette communication vise a priori le changement de comportement des individus face aux questions de développement et humanitaires.

Communication pour le développement (C4d) : Communication qui s’inscrit dans une perspective de développement équitable et durable. Souvent décrite par l’acronyme «C4D» (Communication for Development) et principalement employée par les ONG internationales, cette communication est consensuelle et dialogique et génère des activités locales et participatives. Elle est donc plus «horizontale» que les autres types de communication. Elle permet de construire un espace de délibérations pour les acteurs locaux et nationaux sur les questions de développement. Elle outille aussi les individus pour mieux satisfaire leurs besoins d’émancipation et d’autonomie. Ce type de communication se confond souvent avec le BCC. Nous pouvons affirmer cependant que le C4D inclut un BCC.

Communication événementielle : Ensemble de techniques et de moyens de communication inhérents à l’organisation et au déroulement d’un événement (festival, conférence de presse, séminaire, salon, congrès, etc.). La création d’un événement sert à faire connaitre l’organisation ou l’entreprise, à améliorer son image et sa notoriété ainsi qu’à transmettre un message, de l’information ou à sensibiliser les publics cibles. Les activités de communication liées à l’événement sont dites «hors-média» car elles ne concernent pas directement les médias. Elles peuvent cependant devenir des moyens intéressants pour attirer la presse et accroitre la visibilité de l’organisation via les médias.

Communication de Crise : La communication de crise rassemble les techniques, les actions et les stratégies de communication institutionnelle afin de lutter contre les effets négatifs d’un évènement (ou d’une crise) sur l’image de l’organisation, de ses produits ou services. La communication devient ici un moyen de gestion de crise. Les principaux objectifs de la communication de crise sont : anticiper et éviter les crises, atténuer les effets négatifs d’une crise, sortir favorablement d’une crise, et surtout, préserver la crédibilité de l’institution ou de l’entreprise.

Communication de masse : Techniques de diffusion qui permettent de rejoindre un grand public ou la masse, c’est-à-dire, un conglomérat de personnes ou un ensemble d'individus sans organisation a priori. Elle se caractérise par une non-personnification des récepteurs (divers récepteurs) et par la diffusion d’information générale destinée au grand public. Les principaux outils de communication de masse sont la presse, le cinéma, la radio, la télévision, le livre, le disque et l’affiche.

Communication communautaire : Ensemble de techniques et d’outils de communication qui permettent de rejoindre une communauté ayant des traits socioculturels distinctifs. Les responsables des communications doivent alors utiliser des réseaux de communication traditionnels des communautés ciblées (griots, troupe de théâtre locale, chants, récits, etc.). Les outils ou moyens utilisés diffèrent selon la région, le pays, la culture ou la religion. Il faut bien diagnostiquer les particularités de ces réseaux pour instaurer la stratégie.

Communication de masse : Techniques de diffusion qui permettent de rejoindre un grand public ou la masse, c’est-à-dire, un conglomérat de personnes ou un ensemble d'individus sans organisation a priori. Elle se caractérise par une non-personnification des récepteurs (divers récepteurs) et par la diffusion d’information générale destinée au grand public. Les principaux outils de communication de masse sont la presse, le cinéma, la radio, la télévision, le livre, le disque et l’affiche.

Communication de proximité : Communication utilisée au niveau des villages ou collectivités locales pour les accompagner et les encadrer dans chacune des étapes d’un projet. Tel qu’indiqué dans son appellation, l’objectif de cette communication est de se «rapprocher» d’une communauté ou collectivité.
Elle est généralement couplée avec la communication communautaire afin d’établir une «stratégie de proximité». Ses principaux outils sont le diapo-langage, le tableau-image, l’animation, la cassette audio ou vidéo, les affiches et la Méthode GRAAP (Groupe de Recherche et d’Appui pour l’autopromotion Populaire) pour une prise de décision par les populations.

Communication publique : Cette communication est dite formelle, structure les échanges et le partage l’information d’utilité publique et maintien le lien social avec la population. Cette communication est généralement institutionnelle (communication interne et externe), proactive et réactive (en cas de crise). Elle se réfère aux grands vecteurs constitutionnels de l’organisation.

Par déduction, vous observez que la communication de masse se veut un segment de la communication externe, et que la communication publique est une forme de communication externe, et que la CCC concerne tous les types de communication en raison de son principe substantiel de vouloir changer le comportement des publics ciblés. Cette classification est donc source de confusions. Afin de mener à bien leur stratégie, les responsables des communications doivent alors porter une attention particulière à ces distinctions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *